Secrets de Pachira

Article inspiré des nombreux commentaires que j’ai sur ma fiche de soins : Fiche Pachira.
Il fallait synthétiser tout ça et vous donner les clés pour réussir cette plante.

Mais je vais vous faire travailler aussi… et réfléchir.

Quand on a une plante, que doit-on se demander en premier ? D’où vient-elle, quelles sont ses habitudes de vie et ses caractéristiques. Si vous preniez un nouvel animal de compagnie, c’est bien les questions que vous poseriez n’est-ce pas ? Pour une plante, c’est pareil.

Donc notre Pachira vient de régions chaudes et humides du globe, en particulier d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud où il se développe dans des marais.
Maintenant, quelles sont ses caractéristiques ? C’est un arbre à caudex, avec de grandes feuilles palmées d’apparence fragile.
Nous voilà avec tous les éléments pour cultiver cette plante dans d’excellentes conditions. Vous en doutez ? C’est pourtant vrai – démonstration.

Notre Pachira aura besoin de chaleur et il la trouvera dans nos intérieurs.
D’humidité ambiante : il ne supportera donc pas un air trop sec et la proximité d’un appareil de chauffage. Que faudra t-il faire quand il fera chaud et sec ? Le bassiner régulièrement, tout simplement.

Que veut dire bassiner ? Non pas baigner dans une bassine comme je l’ai déjà entendu dire mais pulvériser le feuillage à jets très fins, à l’eau douce et à température ambiante.
Quand ? Ma foi le plus souvent possible surtout en cas de forte chaleur. Mais jamais le soir car les températures fraîchissent et la plante va se mettre au repos pour la nuit – le feuillage ne doit pas être mouillé à ce moment-là.

Question lumière, nous avons les éléments aussi. Cette plante pousse librement dans des marais, elle a donc une excellente lumière dans son milieu naturel. Mais la fragilité des feuilles, surtout quand elles sont  jeunes, incite à la prudence au niveau du soleil. Le Pachira risque de brûler s’il est placé derrière une vitre en plein soleil en été.
Cette fragilité nous indique également que des chocs répétés, une situation dans un lieu de passage risque d’abîmer ses feuilles et de provoquer leur déformation.
Un courant d’air aussi surtout s’il est froid. Un Pachira est en situation aérée dans son milieu d’origine, mais jamais exposé à des vents froids ou violents…

Question arrosage. Notre Pachira vit dans des marais, il est donc supposé accepter des arrosages abondants et ne pas craindre des surplus d’eau – n’est-ce pas ?
Sauf que j’ai mis en gras que c’était un arbre à caudex et ce détail est primordial.
Un caudex est une partie de tronc ou de racines renflées permettant à une plante de stocker de l’eau en cas de sécheresse.
Qu’en déduisons-nous ?
Que notre Pachira vit effectivement les pieds dans l’eau à certains moments, mais qu’à d’autres il est complètement à sec et puise dans ses réserves.
Nous voilà donc renseignés sur la manière de l’arroser : quand il fait chaud arrosons-le abondamment puis laissons la terre complètement sécher.

Dites-moi sincèrement si c’est si difficile que ça de raisonner un peu pour être sur de ne pas se tromper

Alfred

6 réflexions au sujet de « Secrets de Pachira »

  1. Bonjour Alfred et avant tout merci pour votre synthèse très instructive. suite à un déménagement, je n’ai pas pu garder mon pachira en intérieur et l’ai place a l’extérieur pensant qu’il n’aurais pas de soleil direct. Il a brûlé en une journee…je lui ai trouvé une meilleure place il a repris vie neanmoins certaines feuilles sont toutes déformées des fois pliées. J’ai cherché un quelconque intrus en vain…
    dans le cas ou vous detiendrez la solution merci par avance de m’en faire part!
    Comptant sur votre aimable retour
    Nawal

    1. Bonjour,
      Comme vous dites, il s’agit d’une synthèse. Or, je ne vais pas répondre directement à votre question mais plutôt vous engager à consulter ma fiche de plante ‘Pachira’. Cette fiche détaille très précisément tous les soins à lui donner – mais elle comporte également beaucoup de commentaire et de questions de mes surfeurs. Or je me souviens parfaitement avoir répondu à une question quasi semblable à la vôtre.
      http://www.jardins-interieurs.com/Pachira-4
      Il va de soi qu’après cela, vous pouvez revenir vers moi – Cordialement.

    1. Bonjour David,
      Il y a deux tailles différentes pour les plantes d’intérieur : Une taille de mise en forme qui, comme son nom l’indique sert à redonner une forme harmonieuse à une plante dont l’aspect est devenu désordonné. Et une taille de rajeunissement qui consiste à étêter sévèrement une plante qui se serait dénudée du bas pour la forcer à refaire des pousses dès sa base.
      Dans les deux cas, on ne peut pas tailler à cette époque-ci de l’année. Les plantes poussent mal et sont au repos en raison d’une lumière insuffisante. Il faut attendre Mars/Avril.
      En effet, on ne peut pas tailler n’importe comment. Une simple taille de mise en forme se juge à l’œil. Tel rameau est disgracieux, trop long, déséquilibre la plante etc… Telle branche a perdu ses feuilles, je coupe.
      Une taille de rajeunissement est évidemment plus drastique. On supprime un tiers, la moitié voire plus de la plante. Le but est qu’elle reparte du bas.
      Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *