Les plantes d’intérieur : Phénomène de société, phénomène tout court…

Notre nature s’amenuise et s’éloigne de nous. Nos habitats sont de plus en plus chers et de plus en plus réduits. Le béton s’empare toujours un peu plus de notre environnement. Mais au plus profond de nous, nous ne sommes pas faits pour vivre ainsi – nous souffrons… en silence et dans notre inconscient.

Ce tout premier article va me permettre d’expliquer ce besoin fondamental que nous avons tous d’avoir une plante qui nous accompagne dans notre environnement immédiat et parfois plus…

Vous souvenez-vous qu’en 1830, 80% de la population européenne (hors Royaume Uni) travaille et vit encore dans nos campagnes ? 1830 vous paraît-il si loin ? A l’échelle de l’histoire de l’humanité, ce n’est rien, c’est la seconde avant celle que nous vivons à l’instant…  Nous n’avons rien oublié de cette empreinte rurale, de ce besoin de grand air et d’espace que nous avons connu hier.

Nous n’avons pas forcément choisi la ville, elle est souvent devenu un impératif par manque de travail en milieu rural, industrialisation galopante des cités au détriment des campagnes et forte démographie au XXème siècle.
Mais ne nions pas non plus que la ville ait pu présenter un certain attrait auprès d’une catégorie de la population rurale, souvent jeune : son confort. Fini les travaux saisonniers harassants et les conditions de vie difficiles ! Vive les heures fixes, un salaire régulier et le chauffage central en hiver.

Souvenons-nous aussi que les citadins ont parfois un certain mépris pour les gens de la campagne. Faut-il voir dans ce mépris persistant une ancienne étiquette qui colle encore à la peau des paysans où l’on voit toujours un tas de fumier devant la porte d’entrée,  cochons et poules traversant la salle ? Ou ce mépris est-il tout simplement une façon de se protéger, de contrebalancer la frustration  d’avoir du renier nos campagnes pour venir travailler en ville ?

Mais la réalité nous montre quand même que 8 millions de français expriment aujourd’hui l’envie de vivre ou s’installer en milieu rural. On parle de ‘Retour aux sources’ n’est-ce pas ? Se ressourcer, s’oxygéner, prendre un bol d’air… toutes ces expressions relativement récentes nous démontrent que la ville ne suffit pas à notre plénitude. Nous avons aussi besoin d’un coin de ciel bleu, d’un havre de paix, d’un peu de verdure et de nature.
L’expansion des jardineries va de pair avec l’extension des villes, le coût et la réduction de notre surface habitable. Une chambre de bonne en plein Paris aura sa plante verte, en doutez-vous ?

Cette plante verte est un simple témoignage de notre mal-être à devoir se cantonner à un univers de béton et de matériaux de synthèse. Cette petite plante verte nous offre l’opportunité de nous faire voyager dans un univers plus naturel – tout simplement. Et nous ne pourrons pas nous en passer…

Ce premier article est en fait un préambule. Ce blog vous aidera à mieux vivre au travers de vos plantes. A mieux vivre avec elles et donc à mieux vivre tout court.

Alfred